À propos

À

Lorsque ma maîtresse d’école nous demandait une rédaction d’une page sur le thème : « Vos dernières vacances », je lui rendais trois copies doubles et je trouvais encore que ce n’était pas assez. Le temps a passé, mais pas mon goût pour l’écriture.

J’écris parce que je suis timide ; et l’écrit permet une distance et un recul qui favorisent l’expression.

J’écris parce que je me pose beaucoup de questions : il y a dans l’écriture quelque chose de libérateur, un apaisement qui vient tarir le flot incessant de questions.

J’écris parce que je suis imaginatif et quelque peu rêveur : il y a des histoires dans ma tête, des émotions dans mon coeur, qui ne demandent qu’à s’épanouir.

Longtemps, j’ai écrit seul, et pour moi. Je continue de penser que l’écriture est une activité très solitaire. Mais je pense aussi qu’il est intéressant de libérer une part de ce que l’on écrit. De se confronter à la pensée et au regard de l’autre. Et de donner à voir dans ses mots, aussi modestes soient-ils, une part de ce qui nous rend pleinement humains.

LIRE AUSSI

« Quelques mots pour commencer », article introductif de ce blog

Lisez-moi ailleurs…

Suivez-moi