Dès que l’être humain est seul il bascule dans la déraison

D

Pour un bon nombre d’entre nous – et j’en fais partie – cette période de confinement est synonyme d’une solitude extrême et exacerbée. Dans « Écrire », Marguerite Duras parle de solitude. Et d’écriture. Et du lien de cause à effet entre les deux. Il faut être seul pour écrire, sans doute parce qu’il faut être seul pour penser ; mais cette solitude n’est pas sans dommages collatéraux. L’extrait que je partage aujourd’hui m’a été révélé par l’un de mes amis les plus proches, il y a quelques temps, un jour où je me sentais très seul (je n’ai pas attendu le confinement pour cela). Ces temps-ci, j’y pense beaucoup.

À vivre comme ça, comme je vous dis que je vivais, dans cette solitude, à la longue il y a des risques qu’on encourt. C’est inévitable. Dès que l’être humain est seul il bascule dans la déraison. Je le crois : je crois que la personne livrée à elle seule est déjà atteinte de folie, parce que rien ne l’arrête dans le surgissement d’un délire personnel.

– MARGUERITE DURAS, Écrire, 1993.

À propos de l'auteur

Nicolas Lafarge

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire